Tutoyer ou vouvoyer pour vendre plus?

tutoyer ou vouvoyer pour vendre plus

Tutoyer ou vouvoyer pour vendre plus?…en voilà une bonne question!

Tu commences à écrire les textes de ton site web. Tu les travailles, tu t’inspires de ce que tu vois sur le net, tu peaufines. 

Ensuite tu commences à préparer ton email marketing, quelques articles pour ton blog, des posts pour les réseaux sociaux mais…

Plus tu écris et plus tu doutes!

Tu te rends compte qu’à certains moment tu vouvoies ton lecteur et à d’autres tu le tutoies. 

Aïe.

C’est la panique à bord! 

Non seulement tu as le doute, tu ne sais pas quoi choisir mais en plus tu as peur que ce doute se ressente.

Pire, tu crains d’être jugé.e sur ce choix alors que ton désir c’est justement de ne froisser personne. 

Alors, c’est mieux de tutoyer ou vouvoyer pour vendre plus?

Que faire? 

Est-ce vraiment tellement important? Comment réussir à peser le pour et le contre et à faire un choix?

Je ne prétends pas avoir la solution miracle à cette question mais je peux t’aider à y réfléchir. 😉

Pourquoi est-ce si important de faire un choix?

Choisir c’est renoncer, c’est vrai. 

Mais ça permet surtout à tes lecteurs de s’identifier à ton message.

Il n’y a pas de solution parfaite à cette question du tutoiement ou du vouvoiement, quoiqu’en disent certains.

Ce qui est sûr, par contre, c’est que si tu ne décides pas d’utiliser l’un ou l’autre, tu risques d’hésiter et de te tromper. 

Á mon sens, il n’y a pas pire que de passer de l’un à l’autre. 

En copywriting, hésiter, n’est pas une option (tester oui 😉). 

Si tu veux en savoir sur le copywriting, voici un article te présentant les raisons pour lequel c’est un élément indispensable dans ton plan de marketing.

Comment faire un choix?

En copywriting, comme très souvent, la réponse est « Ça dépend ». 

Mais ça ne t’aide pas beaucoup. 

Ce qui est sûr, c’est que ton but c’est de convaincre tes potentiels clients. Pour toi, donc, le choix de tutoyer ou vouvoyer, c’est dans le but de vendre plus ou au moins plus naturellement. 

Nuances à prendre en compte dans le choix du « tu »

Proximité. Le temps de la distance est révolu. Aujourd’hui tu veux créer une relation, un lien entre ton business et ton client. Ce n’est pas juste une question d’augmenter les ventes. 

Relation de confiance. Á l’ère du digital, ce lien ne peut se créer que grâce aux mots. Le vendeur n’est pas là, comme en boutique, pour aider à mettre les clients en confiance. Tout se joue sur les mots et tu dois les choisir en fonction du public à qui tu t’adresses.  

Simplicité. Sur le web, il est très important d’expliquer les choses simplement. Le fait de tutoyer et de te rapprocher de tes prospects peut t’aider à simplifier les concepts et à présenter les choses sans chichis. 

Nuances à prendre en compte dans le choix du « vous » 

Politesse. En français, dans les cours de français en tous cas, on va toujours expliquer que le « vous » est la forme polie. Il marque le respect envers la personne à qui on s’adresse et en particuliers s’il y a une différence d’âge.

En fonction de la description socio-demographique de ton client idéal, la politesse peut être un argument de poids

Distance. « On n’a pas élevé les cochons ensemble » diront certains. Le « vous » permet de marquer une certaine distance qui peut être utile dans certains cas.

Tu n’es pas pote avec tes clients, après tout. Le fait que chacun reste à sa place peut être utile dans certains métiers ou même lorsque tu dois faire face à d’éventuels soucis.

Professionnalisme. Vouvoyer peut donner une impression de plus « pro ». De nouveau, je crois que c’est très lié au secteur de ton business mais plus que jamais à la clientèle à laquelle tu t’adresses. Penses toujours que nous parlons de tes textes et que le but c’est qu’ils arrivent à convaincre tes lecteurs.

Ça fait quand-même un peu cliché tout ça

  • Est-ce que parce que je tutoie une personne je suis plus proche d’elle?

👉 Deux personnes peuvent pourtant être très proches et ne jamais avoir franchi le cap du vouvoiement. 

  • D’autre part, il me semble que le vouvoiement n’est pas un bouclier contre les impolitesse.

👉 On peut dire des choses horribles avec un langage tout à fait châtié sans aucun soucis. 

Et on pourrait continuer comme ça avec chacun des points des paragraphes précédents. 

Mais voilà..

Tu dois faire un choix et il peut être décisif dans l’opinion de tes lecteurs

Idée reçue pour la route:

Beaucoup diront qu’avec le vouvoiement, tu ne peux pas te tromper. Les généralités ne font pas toujours leurs preuves en marketing digital. 😉

Je te conseille plutôt d’analyser ta propre situation et surtout de voir si ça colle avec ton avatar.  

Petit exercice pour t’aider à te décider entre « tu » et « vous »

ATTENTION: Certes, il y a des arguments de poids pour le « tu » ainsi que pour le « vous ». Or, ce qui va t’aider à vendre plus entre le tutoiement et le vouvoiement, c’est de faire une analyse approfondie de ton client idéal

C’est lui qui devra être décisif dans ce choix. 

Je te propose cet exercice:

dog exercise GIF
 
  • Qu’attends-tu de tes potentiels clients? Quelle.s émotion.s veux-tu éveiller en eux? Ces deux questions devraient te donner beaucoup de pistes sur le ton juste à utiliser avec eux. 
  • Comment te sens-tu le plus à l’aise? Est-ce que le choix du « tu » ou du « vous » suppose pour toi de faire un effort? Comme toujours en copywriting, le naturel est beaucoup plus payant (et je ne dis pas par là que tu dois leur parler comme si vous étiez potes hein. 😉 Il faut trouver une juste mesure. 
  • Quand tu communiques avec tes lecteurs et/ou tes clients, est-ce que c’est le « tu » ou le « vous » qui vient le plus facilement?
  • Et sur tes réseaux sociaux, privilégies-tu le tutoiement ou le vouvoiement?
  • As-tu déjà posé la questions à tes potentiels clients? Si non, n’hésite pas à le faire tu pourrais être surpris.e des réponses. 
  • Comment te sens-tu par rapport à chacune des deux options?

    Pour conclure l’exercice, je dirais que plus tu réussis à comprendre ton profil de client idéal, plus tu auras de pistes pour décider sereinement.

    Rien de tel que des échanges réguliers avec tes clients et visiteurs pour y voir plus clair. 

    Les règles du tutoiement et du vouvoiement

    Á ce stade tu devrais être fixé.e sur ce que ton public préfère et sur le fait que « tutoyer ou vouvoyer » est une question à se poser pour vendre plus.

    De mon côté, j’ai fait quelques recherches sur les origines du tutoiement et du vouvoiement et j’ai trouvé des petites choses intéressantes.

    Tout d’abord, dans beaucoup d’autres langues, la question ne se pose même pas! 

    Je travaille également en espagnol et dans cette langue par exemple. En castillan (l’espagnol d’Espagne), tu tutoies et point. Il y a quelques rares exceptions en fonction du secteur et du contexte mais la règle générale est le « tu ».

    En anglais, le problème n’existe même plus, c’est le « you » pour tout le monde et c’est réglé. 

    C’est probablement le cas dans d’autres langues aussi.

    Et ouais…

    La langue de Molière est un peu plus compliquée. 

    Qu’en pense l’histoire? 

    La plupart des sources que j’ai trouvées clament le « vous » tant qu’il n’y a pas de relation établie entre les personnes. 

    Or, je suis malgré tout tombée sur cet article que j’ai trouvé intéressant

    En gros, pour faire très court, le choix du tutoiement ou du vouvoiement a évolué tout au long de l’histoire. 

    Et oui, ce n’était déjà pas blanc ou noir!

    Les revirements importants soulignés dans l’article:

    • dès 1791, le tutoiement devient obligatoire et le vouvoiement interdit en France!
    • Napoléon Bonaparte réintroduit le vouvoiement passant « d’une politesse aristocratique décontractée à une politesse bourgeoise beaucoup plus rigide« 
    • plus proche de nous, les années 60-70 sont une période contestatrice où le vouvoiement perd de son éclat

    En gros, en fonction des époques le choix entre tutoiement ou vouvoiement a évolué.

    Tutoyer ou vouvoyer, lequel t’aide à vendre plus?

    Alors, entre tutoyer et vouvoyer, lequel va t’aider à vendre plus à ton avis?

    Pour ma part, j’ai fait le choix de te tutoyer. 

    Je pars du principe que sur mon blog on est entre nous et que j’ai envie de te partager des conseils utiles pour ton business. 

    J’ai envie que tu te sentes à l’aise et en confiance, qu’il n’y ait pas de barrière entre nous. 

    Par contre, ça m’arrive que l’on me contacte via le formulaire de contact en me vouvoyant. Là, bien sûr, je réponds en vouvoyant également. 

    Je ne suis fermée ni à l’un, ni un l’autre et l’important c’est que personne ne se sente lésé voire blessé. 

    Et toi, tu tutoies ou tu vouvoies tes visiteurs? 

    Je serais ravie d’avoir ton avis sur la question. C’est d’ailleurs un point qui revient à chaque fois lorsque je donne mes formations et ça lance toujours un débat très intéressant. 

    Partager sur facebook
    Partager sur pinterest
    Partager sur linkedin
    Partager sur twitter

    Tu es resté.e sur ta faim? 

    Fais le QUIZ: Tes textes t’aident-ils à vendre plus?

    Juste 2 minutes pour vérifier si tu maîtrises les éléments de base à prendre en compte pour que tes textes soient convaincants! 

    On se voit de l’autre côté!

    16 réflexions au sujet de “Tutoyer ou vouvoyer pour vendre plus?”

    1. Article très intéressant
      Je me suis posé cette question à plusieurs reprises et j’avoue que je n’ai toujours pas résolu le problème.
      TON article m’aide à faire le point et je pense que je vais suivre ton exemple.
      Merci beaucoup.

      Répondre
      • Merci Sorelle!
        C’est une question difficile à répondre, c’est clair. N’hésite pas à demander directement à tes lecteurs ce qu’ils en pensent, c’est toujours intéressant!

        Répondre
    2. Merci pour cette réflexions. Je me suis déjà posé la question à plusieurs reprise et j’ai fais le choix de vouvoyer sur le blog et de tutoyer dans ma Newslettre et podcast.

      Répondre
      • Ce n’est pas évident d’y trouver la réponse, en effet.
        Mais du coup, ça veut dire que si tu as un épisode de podcast intégré à un article, dans l’un tu vouvoies et dans l’autre tu tutoies?
        Qu’en pensent tes lecteurs/auditeurs? Tu leur as déjà demandé?

        Répondre
        • J’ai pas encore publié mon premier podcast. Je l’ai enregistré vendredi et j’ai pas tout à fait fini la montage. Mais effectivement, je me suis pas encore posé la question. Cependant, je trouve plus naturel de vouvoyer sur le blog, car moins personnel, je trouve. Sur les podcast, je me sens plus proche de mon public.

          Répondre
          • Tu mets le doigt sur un point important. Il faut que ce soit naturel!
            Si c’est ton premier podcast et que tu l’as plus senti comme ça, tu as raison de tester. En copywriting, les tests sont super importants.
            Tu verras les retours que tu reçois et si avec le temps, tu penches plus vers une option ou l’autre pour harmoniser tout ça.

            Répondre
    3. Très bonne réflexion ! Et c’est vrai que chaque blogueur, rédacteur etc. a dû se la poser au moins une fois. Personnellement, j’ai opté pour le « tu », d’une part, car cela écarte cette « distance politiquement correcte » que certains adorent mettre en évidence et d’autre part, vivant au Québec à la « mode américaine » depuis quelques temps, le tutoiement est tellement plus agréable et convivial et n’enlève en rien les notions de respect, de bienveillance et même de hiérarchie ! Bravo pour ce bel article. 😉

      Répondre
    4. Personnellement j’ai décidé « assez facilement » de vouvoyer mes lecteurs. Je me suis projeté pour imaginer mon avatar et même si je ne suis pas encore à l’étape de la vente je ne me vois pas le tutoyer. ais c’est drôle comme on imagine pas devoir se poser ce genre de question avant d’être confronté à une situation qui le nécessite 🙂 Merci Nadia !

      Répondre
      • C’est vrai que ce sont des questions qu’on ne se pose pas tout de suite mais qu’il est important d’aborder tôt ou tard.

        Répondre
    5. Ah le français … si c’était simple on n’aurai rien à se dire … heureusement que nous avons ces petits piments linguistiques qui font notre singularité … en tout moi j’ecris mes posts en vouvoyant et les commente en tutoyant … merci Nadia pour ce bel article

      Répondre
    6. Merci pour cet article, la question (épineuse) du tutoiement ou vouvoiement est en effet un passage obligé… J’ai personnellement opté pour le vouvoiement. Une question me taraude : d’après ce que tu dis dans ton article, il serait possible de vouvoyer son lectorat sur le blog par exemple et de le tutoyer sur les réseaux sociaux ? Pas de risque de poser des problèmes de cohérence selon toi ? Merci 🙂

      Répondre
      • Merci Charlotte!
        Personnellement, je ne suis pas partisane de mélanger le tutoiement et le vouvoiement. Je pense que ça peut perdre un peu le lecteur. Ça c’est la réponse que je donne a priori sans connaître le contexte et il me semble que c’est la réponse la plus prudente.
        Après, en copywriting, la clé et la base de tout c’est l’investigation. Elle peut parfois mener à des découvertes surprenantes. Qui sait que le public ne soit pas vraiment le même sur les réseaux sociaux que sur le blog ou dans les emails, … Je ne sais pas. Á chacun de tirer ses conclusions au bout de son investigation. Ça, c’est une piste de réflexion.
        Ensuite vient aussi le naturel. Il faut que ce soit naturel pour celui qui écrit sinon le risque c’est de passer de l’un à l’autre sur un même canal et ça par contre, je le déconseille vivement. On peut faire un test et changer d’avis (une fois voire 2 ) mais pas passer de l’un à l’autre par manque de décision.
        Les réponses en copywriting sont rarement blanches ou noires…

        Répondre

    Laisser un commentaire