Comment éviter de boycotter ton design web? [3 conseils simples de copywriting]

Miss Copywriting - boycotter ton design web

Comment éviter de boycotter ton design web avec des textes pas adaptés? 

Petite mise en jambe

On se connaît un peu maintenant. 

Tu sais que j’aime bien faire des comparaisons entre le monde physique (de la vraie vie 😆) et le monde online. 

Alors voyons comment éviter de boycotter ton design web dans la vraie vie (donc la déco et l’ambiance de ton magasin). 

Imagine que tu as une boutique, une vraie. Tu te dis que tu as envie de la rendre attrayante et que tu vas investir un peu en décoration. 

Tu aimerais une belle vitrine qui attire l’oeil des passants. Une belle invitation à entrer difficile d’y résister

Une fois à l’intérieur, imagine que le vendeur ou la vendeuse 

  • commence à parler sur un ton très châtié à un groupe de jeunes ados qui vient de rentrer, ou au contraire,
  • parle sur un ton enfantin à une jeune dame venue acheter des produits de luxe, peut-être aussi
  • raconte sa propre histoire ou celle de l’entreprise sans que personne ne lui ai demandé
  • ne dise pas un mot, même quand on s’adresse à lui ou elle,
  • ou quand il.elle répond aux questions, se perd dans un marasme d’explications et de détails poussant le client à avoir envie de fuir au plus vite,
  • que soit un moulin à paroles qui ne laisse pas en placer une et qui ne cherche pas à savoir ce que veut le client,

On pourrait imaginer beaucoup de situations loufoques qui paraissent peu crédibles dans un magasin. 

Ah oui? 

Ces situations beaucoup trop fréquentes

Pourtant sur internet, ce genre de situations sont vraiment très courantes et elles finissent par boycotter ton design web.

On pourrait très bien imaginer des textes 

  • pas adaptés au ton qui plaît au visiteur (trop sérieux, trop légers, trop froids, trop proches, …),
  • beaucoup trop centrés sur la marque, les produits, les caractéristiques,
  • pas du tout édités, présentés comme un texte brut lourd et long à lire,
  • vides, pratiquement inexistants s’appuyant sur quelques photos plus ou moins explicites,
  • pas clairs, qui passent du coq à l’âne et qui perdent le lecteur,

Je suis sûre que tu as déjà vu ce genre de choses sur la toile.  

Ton site internet a beau être le plus attrayant…

Si tes paroles ne suivent pas, cet investissement aura été vain. 

Ton design peut être vraiment très beau, élégant, chaleureux qui donne envie de rester.

MAIS.

Si tu n’as pas posé les bases de ton business avant d’écrire tes textes, il est très probable que tu sois en train de boycotter ton design web.

Pour éviter cela, je vais te proposer 4 conseils simples et faciles à mettre en oeuvre. Je te les présente sous forme de 3 situations.

3 situations qui peuvent boycotter ton design web

Tu ne sais pas exactement qui est ton client idéal ou tu ne t’adresses pas directement à lui

J’en ai parlé déjà plusieurs fois sur ce blog.

Non.

Ton client idéal n’est pas tout le monde

Et non.

La description de ton avatar ne se limite pas à “femme entre 25 et 65 ans qui se soucie de la planète et a une volonté de changer les choses. 

Ce type de description n’est pas du tout suffisant et ne permet d’entamer une conversation avec cette personne. 

Elle est tellement vaste que tu finirais par utiliser un langage neutre pour ne heurter personne.

Ce qu’on cherche, c’est tout le contraire. 

Ton buyer persona a des émotions, des hobbies, des habitudes bien particulières, … Ton boulot c’est d’aller les découvrir pour réussir à créer une connexion avec lui

Sans ça, les meilleurs textes et sites web du monde ne pourraient pas fonctionner!

Est-ce que tu sais exactement avec une multitude de détails, qui est ton client idéal?

Ton offre n’est pas claire 

Que celui qui n’est jamais arrivé sur un site internet

  • sans comprendre où ces gens voulaient en venir
  • ni ce qu’ils proposaient vraiment

me jette la première pierre!

Je pense que je ne risque pas grand chose…

J’ai souvent des clients qui ont des soucis pour trier les informations à mettre en avant dans leurs textes de vente, leurs descriptions, leurs flyers, …. 

Ce n’est pas facile, c’est vrai. 

Comme toujours en copywriting, la solution est dans la bonne connaissance de ton public. Si tu ne sais pas ce que tu dois mettre en avant, pose-toi la question autrement.

Et si tu pose ces questions directement à tes clients, c’est encore mieux! 

  • Qu’est-ce qui aide le plus tes clients?
  • Qu’est-ce que tu leur apportes?
  • Quels problèmes peuvent-ils résoudre grâce à toi?
  • Est-ce que ça correspond à leurs besoins? Vraiment? L’as-tu confirmé avec eux?
  • Quels bénéfices tu peux mettre en avant? 
  • Quelles garanties?

C’est vrai, c’est mon truc les questions. 

Elles te permettront de cibler au mieux les informations essentielles et nécessaires pour décrire ton offre, qu’il s’agisse de produits ou de services. 

Si elle manque de clarté, tu né réussiras pas à convaincre tes lecteurs. 

Si tu veux plus de conseils pour mieux convaincre tes lecteurs, lis ceci.

Tu n’as pas d’objectif défini

Pourquoi as-tu créé un site internet?

Cette question s’applique à tous tes autres textes aussi:

Pourquoi as tu écris cet email, ce post sur les réseaux sociaux, ce lead magnet, ce texte de vente, ce script de vidéo, …?

“Parce que mes concurrents le font et que ça a l’air de marcher” serait une très mauvaise réponse!

Pour que l’écriture persuasive t’aide dans ton business, tu dois avoir défini des objectifs. 

Si on en revient à ton site web, chaque page doit avoir un but bien précis. 

Ils peuvent être variés:

  • toucher de nouveaux clients,
  • augmenter tes ventes,
  • lancer un nouveau service ou produit, 
  • positionner ta marque,
  • obtenir plus de souscripteurs,

La question principale est:

Qu’est-ce que tu attends des gens qui arrivent sur ton site et en particulier sur telle ou telle page?

Si la réponse n’est pas claire pour toi, n’espère pas qu’elle le soit pour tes potentiels clients.

Le design et les textes doivent être complémentaires

Il y a malheureusement encore trop de monde qui pense que ce qui est primordial dans le digital c’est d’avoir un bon design. 

Que le reste est accessoire encore plus lorsqu’il s’agit de mots, puisque tout le monde sait écrire. 

Je ne rentrerai pas dans ce débat-là aujourd’hui car on pourrait en parler longtemps.

Tu as beau avoir un super design, si tu n’as rien à dire tu n’arriveras pas à convaincre grand monde ou en tous cas ton succès sera éphémère. 

Alors voilà, si tu as fait l’investissement de miser sur un bon visuel, ne vient pas boycotter ton design web avec des erreurs de copywriting que tu pourrais éviter

  • Adresse-toi à ton client idéal directement.
  • Pense à axer ton discours sur que tu peux vraiment apporter à cette personne.
  • Définis des objectifs clairs pour l’attirer, le séduire et le convaincre.

Et toi? As-tu déjà envisagé les choses comme ça?

Qu’attends-tu de tes visiteurs quand ils arrivent sur ton site internet?

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Tu es resté.e sur ta faim? 

Fais le QUIZ: Tes textes t’aident-ils à vendre plus?

Juste 2 minutes pour vérifier si tu maîtrises les éléments de base à prendre en compte pour que tes textes soient convaincants! 

On se voit de l’autre côté!

16 réflexions au sujet de “Comment éviter de boycotter ton design web? [3 conseils simples de copywriting]”

  1. Ton article est très pertinent … comme toujours d’ailleurs 😉 et je retiens ce rappel à l’ordre de ne jamais arrêté de rechercher et affiné la cible des visiteurs de nos blogs. En fin de compte je prends conscience que mon blog s’affine au fil du temps en fonction des retours que je reçois de mes lecteurs et cela et mes premières certitudes sont en train de s’effacer pour laisser place à une approche plus pertinente et pragmatique.

    Répondre
    • Merci Eric!
      Oui, quand on y pense c’est normal que notre projet s’affine avec le temps. Les lecteurs se définissent plus clairement, leurs intérêts, leurs attentes mais aussi notre contenu du coup. C’est donc un exercice très intéressant à faire régulièrement.

      Répondre
  2. Un plaisir à lire, comme d’habitude ! Cela résonne et raisonne, je me suis amusé à imaginer mon site Web comme une boutique physique pour identifier ce qui pèche 🙂
    Les exemples de discours vendeurs inadaptés sont particulièrement parlants !
    Merci !

    Répondre
    • Merci Gaël! J’aime bien cette comparaison avec la boutique physique parce qu’il y a des choses que nous ne dirions clairement pas à l’oral (ou plutôt qu’on préciserait à l’oral) et que nous ne jugeons pas nécessaire à l’écrit alors qu’il n’y a pas de raison! Si une personne a besoin d’arguments convaincants quand elle écoute, pourquoi n’en n’aurait-elle pas besoin quand elle lit?

      Répondre
  3. Excellent article ! Moi qui ne suis que focalisé sur le fond et le SEO j’avoue de plus en plus réfléchir au design. Cela m’embête mais c’est vrai que je repousse toujours et toujours alors que je sais que “l’intérieur de ma boutique” est très important pour fidéliser mes lecteurs. Prochain chantier… Elementor Pro (que j’ai acheté il y a 4 mois au moins…) Merci pour ce rappel ! 😉

    Répondre
    • Merci Nicolas! Après, ce n’est pas une obligation d’avoir un visuel de pro méga bien travaillé. Il suffit de regarder certains blogueur américains à méga succès pour se rendre compte que ce n’est pas indispensable.
      Ce qui est vraiment important, c’est que visuel et contenu du message soient pensés dans un même objectif et pour un même public. C’est quand on sent un décalage à ce niveau-là que ça devient vraiment gênant et que ça perd le lecteur.
      Aaah, Elementor, j’en perd des heures avec cet outil mais qu’est-ce qu’il est pratique !

      Répondre
  4. Très intéressant comme article. Il faut du temps je pense et affiner petit à petit. C’est clair qu’il faut cibler et créer une relation avec ses lecteurs. Pas toujours simple de trouver son avatar. MERCI beaucoup

    Répondre
    • Merci . Non ce n’est pas simple, effectivement. Ce qui est rassurant c’est que nous pouvons le faire au fur et à mesure, au fil des commentaires, de nos évolutions, de nos échanges avec nos lecteurs. Puis de temps en temps, reprendre cette définition d’avatar, prendre du recul et la recommencer pour voir son évolution.

      Répondre
  5. Et c’est là que je me dis “mince, il est temps que je redéfinisse mon avatar”, ou que je le définisse tout court ! Au tout début j’avais l’excuse de ne pas encore trop savoir, mais maintenant, ça s’affine avec le temps donc… plus d’excuse ! Je me suis assez bien reconnu dans cet article, parce que j’ai commencé par mettre un point d’honneur au design de mon blog, et je n’ai pas réfléchi à ma manière d’écrire. Merci pour tes conseils toujours judicieux 😀

    Répondre
    • Merci Diego!
      Je suis ravie que mon article tombe à pic . On a malheureusement souvent tendance à commencer par mettre la forme avant de réfléchir au fond et surtout à qui on s’adresse. La bonne nouvelle c’est que rien n’est irréversible et qu’il est toujours temps de se remettre en question, affiner notre discours pour se rapprocher plus du public et créer une meilleure connexion avec lui.

      Répondre
  6. Bravo pour cet article qui m’a donné très envie de redéfinir mes objectifs de manière plus précise cette fois! 🙂 J’aime beaucoup cette idée d’imaginer une vraie boutique, on réalise ainsi mieux que sur une “boutique virtuelle”, chaque détail compte. 😉
    Je te souhaite une belle continuation

    Répondre
    • Merci Nathalie!
      Et bien je suis contente que ça t’ait inspirée. La définition d’objectifs est vraiment importante oui, ainsi que la révision de ces objectifs d’ailleurs quelques temps après pour s’assurer que l’on est toujours sur la même longueur d’onde. Oui, comme je disais dans un autre commentaire, j’aime beaucoup la comparaison avec une boutique physique parce qu’elle est vraiment très parlante.

      Répondre
  7. Très percutant ! Je dois reconnaitre que je n’avais jamais pensé comme ça à l’analogie avec une boutique physique… ce qui me semble maintenant évident ! Et ça aide effectivement à identifier quelques situations que je n’accepterais sans doute pas en tant que client. Merci pour cet éclairage vivifiant !

    Répondre
    • Merci Alex!
      Effectivement, s’imaginer en conversation avec ce lecteur ou se mettre à la place de ce lecteur en considérant qu’on lui parle (plutôt que lui écrire) permet d’avoir une toute autre approche.

      Répondre
  8. merci Nadia pour cet article, ce que j’attends en général de mes lecteurs, c’est qu’ils aient envie de consulter d’autres articles et de s’abonner à mon site, et je me rends compte que ce que je demande souvent en fin d’article est de réagir par rapport à ce que cet article leur a apporté. j’ai pris l’habitude d’écrire avec la photo de la personne qui symbolise mon lecteur idéal, et ça marche plutôt bien. pour ma part, peut-être avec mon côté architecte, j’ai d’abord travaillé le design de mon site avant de publier mon contenu, car je voulais qu’il me corresponde et qu’il soit accueillant, et je ne l’ai pas imaginé vis à vis de mon client-type. je serai curieuse d’avoir ton avis …

    Répondre
    • Merci Caroline.
      C’est super ça que utilises aussi bien ton avatar (que tu parles à sa photo lorsque tu écris tes articles)! C’est sans doute pour ça qu’ils sont si prenants!
      Quand tu dis que tu as d’abord travaillé ton design avant d’avoir publié ton contenu, est-ce que tu parles de tes articles de blog? Si c’est ça alors, oui c’est normal. Quand je dis qu’il faut réfléchir au contenu avant (ou au moins en même temps) que le design, je veux parle de l’organisation des différents blocs de texte que tu vas avoir sur ton site.
      Par exemple, dans ta page d’accueil, tu as le menu (choix du menu), un titre accrocheur (définition de ce titre/proposition de valeur), texte d’introduction ou pas (que va-t-il contenir), mini qui suis-je? (que va-t-il contenir), … En fonction du texte que tu vas écrire pour chaque section, un design n’est pas l’autre et il ne va pas forcément mettre en valeur l’objectif de tes textes (et de ton site).
      C’est dans cette optique-là que je conseille de réfléchir d’abord au texte (je ne parle donc pas des articles de blog) que tu vas mettre dans chaque bloc avant ou en même temps que le design. Pour éviter, entre autre, de te retrouver à devoir modifier un texte parce que ça ne rentre pas dans l’espace disponible par ton design (c’est un exemple).
      Est-ce que ça répond à ta question?

      Répondre

Laisser un commentaire

Tu veux recevoir mes dernières actus et conseils?

Ici pas de spams, juste quelques emails de temps en temps si je peux t'apporter quelque chose.